Un patrimoine à léguer
La mémoire familiale, présente dans les documents personnels, est à compulser pour la diffusion.
 
Qui n'a pas entendu parler de greniers vidés et dont tout le contenu a été détruit, incinéré ? Des mémoires entières sont ainsi parties en fumée, non par une volonté des personnes mais plutôt par ignorance des trésors dont ils disposaient pour les futurs chercheurs et générations.
Il est vrai que notre société, dans laquelle nous nous déplaçons plus que nos ancêtres, incite à ne pas trop stocker toutes ces choses encombrantes, poussiéreuses et inutiles. Ce sont cependant des documents qui, à un moment ou à un autre, dans le futur, intéresseront les historiens familiaux.
Photos, lettres, contrats, documents officiels mais aussi objets et tableaux, diplômes et coupures de journaux peuvent être classés, rangés, conservés précieusement et, époque informatique aidant, digitalisés afin que la transmission puisse se faire facilement.

* Protéger les archives familiales est d'une grande importance

* L'informatique facilite la sauvegarde, les nombreuses manipulations en préservant les objets ou documents d'accidentelles détériorations

* L'accés aux archives familiales favorise la recherche généalogique et la rédaction de l'Histoire familiale

Documents préservés par numérisation:

permis conduire illus 001 carte postale illus 001 livret famille illus 001

La maison de ma grand-mère était fort calme cette aprés-midi là, tout le monde était parti au bord de la rivière, les uns pour se baigner, les autres pour pêcher, faire la sieste ou flâner le long des rives. Je n'avais pas vraiment envie de les rejoindre, passionné que j'étais par la lecture d'un roman qui me tenait depuis quelques jours déjà.
Mais là, sortant de la torpeur qui me plongeait dans l'imagination fertile de l'auteur, et voulant sans doute, inconsciemment, me dégourdir, mes pas me guidèrent vers une porte du premier étage qui communiquait avec le grenier.
J'y entrai, sans but précis, et soulevai une malle en osier, bien rangée contre le mur de la porte d'entrée. Un fatras de vieux chapeaux, d'écharpes et de gigantesques mouchoirs bien pliés recouvrait une pile d'albums photos qui n'avaient pas vu le jour depuis bien longtemps.
Je m'assis en tailleur davant la malle, posai la pile d'albums à côté et commençai à tourner les pages sur lesquelles étaient soigneusement rangées toutes ces images d'un lointain passé.
Je redescendis deux heures plus tard, avec l'impression d'avoir vécu plus d'un siècle et cotoyé des dizaines de personnes qui ne demandaient qu'à se rappeler à ma mémoire. Il m'a alors semblé que je venais d'attraper une sorte de virus ...